Le Curcuma

Usages traditionnels

La médecine traditionnelle indienne (médecine ayurvédique) utilise le rhizome de Curcuma longa depuis l’antiquité, notamment pour ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

En médecine chinoise, le rhizome de Curcuma longa est traditionnellement utilisée pour traiter les douleurs et les tumeurs induites par le Qiet la congestion sanguine.

La médecine occidentale connaît, depuis au moins le xviie siècle, des usages au rhizome de curcuma : flatulence, néphrétique, inertie de la bile, accouchement difficile, aménorrhéescorbut, ou encore hydropisiejaunisse. Ainsi, au niveau mondial, l’OMS identifie certains usages traditionnels pour le Curcuma longa : traitement d’un ulcère gastro-duodénal, douleurs et inflammations dues à une arthrite rhumatoïde, aménorrhée, dysménorrhée, diarrhée, épilepsie, douleur et maladies de la peau.

Le curcuma est reconnu dans les médecines traditionnelles indiennes et chinoises et en Occident pour ses propriétés antioxydantes. Il aide l’organisme à lutter contre le stress et à maintenir l’efficacité des défenses naturelles. Il est également utilisé depuis très longtemps comme anti-inflammatoire par la médecine ayurvédique indienne. C’est probablement l’anti-inflammatoire naturel le plus puissant identifié à ce jour.

 

Autres effets notables

Le curcuma est considéré comme un alicament naturel. Son activité thérapeutique est décuplée en présence de poivre (pipérine), sa biodisponibilité étant ainsi augmentée.

Les effets du curcuma sont étudiés dans son rôle protecteur contre la maladie d’Alzheimer, contre le Diabète de type 2 et d’autres troubles cliniques. En effet, la curcumine

pourrait également aider à stimuler les cellules du système immunitaire qui engloutissent les protéines du cerveau qui marquent la maladie d’Alzheimer.

Le curcuma pourrait améliorer la mémoire des personnes présentant un risque de déficience cognitive lié au diabète57.

Son efficacité dans les syndromes dépressifs majeurs n’est pas démontrée.

Le curcuma est utilisé comme médicament traditionnel pour le traitement des maladies de peaux, en particulier en Inde et à l’île Maurice dans le traitement de la gale.

 

 

Retour en haut